Prologue (2/2)

David fait visiter l’intégralité de la demeure à son épouse. Il en profite également pour lui dire à quel point c’est satisfaisant pour lui d’être désormais propriétaire dans son pays d’origine au lieu d’être locataire dans celui d’un autre. Meriem comprend très bien où son mari veut en venir car leur ancien domicile ne leur coutait pas moins de 8000 euros par mois sans compter les frais d’entretien. Aicha qui s’ennuyait fortement à ce moment, part retrouver son père qui se trouve dans la cour arrière.

  • Papa ! C’est quoi le mot de passe du WIFI et elle est où ma chambre ? questionne-t-elle en hurlant depuis l’intérieur de la maison.
  • C’est la première porte à gauche après les escaliers et le mot de passe est Ellahfamily2208 avec un E majuscule.

Apres avoir obtenu ce qu’elle voulait, la jeune fille s’en va sans dire un mot de remerciement, ce qui commence vraiment à exaspérer sa mère.

  • Tu comptes ta fille laisser continuer à agir ainsi ? demande-t-elle à son époux.
  • Non, bien sûr que non. Je lui laisse juste un peu de temps pour qu’elle s’habitue à son nouvel environnement. J’irai lui parler tout à l’heure, répond-t-il.

Aicha connecte son IPhone dernière génération au réseau de la maison, ce qui lui déclenche une série incessante de vibrations. Elle abaisse sa barre de notifications et voit des dizaines d’alertes en provenance de sa messagerie et des divers réseaux sociaux sur lesquels elle est inscrite. Parmi tout ce lot de messages, un attire particulièrement son attention. Il s’agit de celui de Ridley, son petit-ami. Ce dernier lui demandait si elle était bien arrivée à destination. Elle appuie alors sur son contact et constate qu’il est en ligne.

  • Coucou ! Comment vas-tu ? Oui je suis bien arrivée, répond-t-elle à son message.

Quelques secondes après son envoie, Aicha aperçoit l’accusé de réception et la petite icone qui indique que son correspondant est en train d’écrire.

  • Salut ma belle ! Je vais bien merci. Alors comment tu vas et comment c’est là-bas ? renchérit-il avec plein d’émojis souriants.
  • Je suis très loin d’aller bien et je déteste cet endroit.
  • Qu’est-ce qui ne va ? Pourquoi tu dis ça ?

La jeune femme lui explique alors à quel point elle trouve la ville dans laquelle elle se trouve très insalubre. Elle lui dit également que certaines routes sont très poussiéreuses et dépourvues de trottoirs…

  • Je vois. Mais il ne peut pas y avoir que de mauvais côtés. Tes parents ont forcément une bonne raison pour y aller vivre.
  • J’en sais rien et je n’en ai rien à foutre. Moi je veux retourner vivre à Paris. C’est beaucoup plus propre et cool là-bas.
  • Honnêtement, je ne sais pas quoi dire. Comme je te l’ai dit plus haut, il y a forcément une excellente raison derrière le choix de tes parents. Il ne tient qu’à toi de découvrir laquelle c’est.
  • Je reviens.
  • Ok!

La demoiselle range sont téléphone dans sa poche lorsqu’elle voit Junior passer à côté d’elle avec une de ses valises. Elle l’interpelle alors en lui disant qu’elle s’occuperait personnellement de cette dernière. Le jeune homme accepte sans poser de question et lui remet son bagage. Aicha le prend alors et monte avec lui dans sa chambre.

La pièce dans laquelle Aicha va désormais dormir est spacieuse. Les murs sont de la même couleur que l’extérieur de la maison. Un grand lit deux places est collé à l’un d’entre eux avec des commodes positionnées de par et d’autre de ce dernier. Juste en-dessous de la fenêtre, un bureau tout aussi spacieux pour permettre à la jeune femme de travailler sans être dérangée. Juste en face de son espace de travail s’affiche une énorme armoire deux fois et demie plus grande que la porte.

La jeune femme dépose sa valise juste à coté de son lit puis va jeter un coup d’œil à sa salle de bain. Celle-ci est très moderne et dispose d’une baignoire pour les très longues douches. Aicha trouve cela très jolie et admet même que sa mère a d’excellents gouts en termes de décoration. Alors qu’Aicha est en train de prendre une énorme quantité de photos de sa douche, une personne se met à cogner à la porte de sa chambre. Elle va donc ouvrir et se rend compte qu’il s’agit de son paternel. Elle le laisse donc entrer, ce dernier voulant avoir une conversation avec sa fille.

  • Aicha, ta mère m’a dit qu’en ce moment ca n’allait pas. Tu sais que tu peux me parler n’est-ce…
  • Papa ! le coupe-t-elle brusquement.
  • Oui, je t’écoute.
  • Pourquoi tu as décidé de quitter la France pour venir vivre ici ? demande-t-elle avec un soupçon de colère dans le timbre de sa voix.
  • Tu sais, la France n’est pas mon pays. Je n’ai jamais prévu d’y passer le reste de ma vie. En plus, là-bas nous étions locataires alors qu’ici ce n’est pas le cas…
  • Oui mais tu aurais pu acheter une maison là-bas !
  • A quel prix ?! Acheter une maison en France coute beaucoup plus cher qu’en construire une moi-même ici. Je ne te parle même pas des différentes taxes à payer. Aicha, je comprends ta frustration et ta colère…
  • Moi je voulais rester chez moi ! l’interrompt-elle à nouveau en haussant cette fois-ci le ton.
  • Aicha ! hurle-t-il à son tour.

David se lève du lit de sa famille avec le visage froissé. Il commence à en avoir marre des caprices de cette adolescente.

  • Ecoute-moi très attentivement, ma décision a déjà été prise. Alors si elle ne te plais pas, je ne peux rien faire pour toi. Sache seulement que dorénavant, ce pays qu’est le Gabon est désormais le tien.

Le père de la jeune fille se dirige vers la sortie, ouvre la porte, et s’apprête à quitter la pièce. Cependant, avant de le faire, il dit à son enfant que sa mère et elle iront faire les courses le lendemain et qu’elles en profiteront pour faire son trousseau scolaire. C’est sur ces derniers mots qu’il s’en va en refermant derrière lui.

Se retrouvant désormais seule, la jeune Aicha explose de colère. Elle se met à donner des coups à son lit mais se retient de hurler. Après quelques minutes, la tristesse s’installe à la place de sa précédente émotion et là c’est le déluge. La jeune femme se met alors à pleurer, couchée sur son lit.

—–*—–

David qui venait de terminer sa discussion avec sa fille, retourne auprès de sa femme qui se trouve au rez-de-chaussée. Sur le trajet, il croise Junior qui était sur le point de s’en aller.

  • Junior ! crie-t-il.
  • Oui monsieur ! répond le jeune homme.
  • Demain matin aux alentours de neuf heures, tu viendras chercher madame et ma fille pour les amener faire les courses. Et si elles veulent aller autre part ou visiter la ville, je compte sur toi pour leur servir de guide.
  • Bien reçu monsieur.

David le remercie en tapotant légèrement son épaule, puis il lui souhaite de passer une excellent après-midi. Le jeune fait de même et s’en va. Le maitre des lieux peut maintenant retourner auprès de sa charmante épouse. Lorsqu’il arrive à son niveau, celle-ci a le dos tourné. Il s’approche alors discrètement d’elle puis l’enlace tendrement.

  • Que fais la plus belle des femmes toute seule ici ? lui demande-t-il après avoir humé son doux parfum.
  • Elle attend que son tendre mari lui dise comment la conversation avec notre s’est passée, retorque-t-elle délicatement.
  • Ca ne s’est pas déroulé comme je l’espérais. Mais bon, elle finira par s’y habituer. Ce n’est qu’une question de temps. D’ailleurs, j’ai demandé à Junior de vous amener faire des courses demain. Vous pourrez en profiter pour faire le tour de la ville et lui montrer que ce n’est pas si mauvais qu’elle ne le pense.
  • Je trouve que c’est une excellente idée.
  • Dites-moi un peu madame Ellah, n’êtes-vous pas épuisée après avoir parcouru une si longue distance ?

Meriem lui répond qu’elle est effectivement fatiguée, mais qu’elle n’a pas spécialement envie de se reposer. David demande alors d’aller s’allonger dans leur chambre à coucher en insistant bien sur le fait qu’il ne souhaite pas la voir faire une quelconque activité tant qu’elle n’a pas entièrement récupéré. Connaissant à quel point son mari peut parfois se montrer borné, elle décide d’écouter ses conseils et tous deux montent alors à l’étage. Là-bas, Meriem décide d’abord de prendre une bonne douche. Plusieurs dizaines de minutes plus tard, elle revient trouver son époux qui s’était endormi dans leur lit conjugale. Elle le regarde en souriant, se disant qu’au final, c’était lui le plus fatigué parmi les deux. Meriem finit par s’installer à ses côtés et à s’endormir quelques instants après.

A suivre !!!

Catégories :

Laisser un commentaire