La promotion 01

Un samedi matin, dans un petit Starbucks, deux jeunes et jolies femmes d’une vingtaine d’années prenaient un café. D’un côté, nous avions Natacha Barnes, une demoiselle de couleur blanche portant des lunettes de vue et ayant des cheveux gris-argenté tandis que de l’autre se tenait Enola Johns, son amie à la peau couleur ébène et aux cheveux bouclés. La première avait donné rendez-vous à la seconde pour discuter de certains évènements qui s’étaient déroulés dans l’entreprise dans laquelle elle travaillait.

  • Alors, tu vas me dire ce qui s’est passé ou bien tu vas continuer de boire ton café comme si de rien n’était, dit soudainement Enola.

Natacha la regarda alors droit dans les yeux, prit une autre gorgée de l’amer breuvage, puis déposa son gobelet sur la table devant elle.

  • Tess a encore eu une promotion ! déclara la jeune femme en serrant légèrement le poing.
  • Qui ?! Attends ! Tu parles de la meuf à ton boulot que tu détestes à mort ? rétorqua la demoiselle au teint ébène.
  • Elle-même. Tu peux pas savoir à quel point ça me fout les boules. Je travaille pourtant autant qu’elle, voire plus. Je n’ai jamais été en retard, que ce soit au boulot ou dans la remise de mes différents rapports. Alors, pourquoi c’est elle qui a une promotion et pas moi ? dit Natacha en tapant du poing sur la table.

Son geste attira l’attention de toutes les personnes assises autour des deux femmes. Ces dernières se demandèrent alors ce qui pouvait bien se passer entre elles.

  • Du calme Natacha. Je sais que ça t’énerve beaucoup, mais tu n’as pas à t’en prendre à cette pauvre table. Regarde, tu as même renversé ton café, s’exclama-t-elle.
  • Hum ! reprit la demoiselle.

Natacha regarda brièvement autour d’elle. Elle lâcha un lourd soupir avant d’appeler un des employés du Starbucks. La jeune femme s’excusa tout d’abord auprès de lui pour le désagrément causé puis lui demanda s’il pouvait nettoyer ce qu’elle avait fait et lui apporter par la suite un nouveau café. Il s’exécuta alors en retirant le gobelet en carton de la table et en essuyant le liquide. Une fois cela fait, il partit chercher sa commande.

  • Je n’aurais jamais cru que toute cette histoire prendrait le meilleur de moi-même, rétorqua soudainement mademoiselle Barnes après avoir lâché un nouveau soupir.
  • Je te comprends parfaitement. Si j’avais été ta place, moi aussi j’aurais certainement pété les plombs. Que dit Mike à propos de ça ? dit Enola.

Mike, de son vrai nom Michael Orzak, était le fiancé de Natacha. Les deux s’étaient rencontrés au cours de leur seconde année universitaire et avaient décidé de ne plus se quitter. On pouvait dire que les deux filaient le grand amour depuis plus de sept ans. Le jeune couple avait même prévu de passer à l’étape suivante de leur relation d’ici l’année suivante.

  • Il m’a dit récemment d’aller frapper à la porte de mon patron de lui demander également une promotion. Il me dit que j’ai le droit de le faire à cause de mes trois années d’ancienneté. J’hésite cependant à faire, répondit la jeune femme.
  • Pourquoi ? Je suis du même avis que lui. Je pense sincèrement que tu devrais le faire, tu le mérites amplement, déclara de nouveau mademoiselle Johns.

La jeune femme resta silencieuse pendant un bon moment. Elle réfléchissait sur le pour et le contre qu’un tel acte pouvait causer.

  • Vous avez tous les deux raison. Lundi, je vais définitivement demander une promotion à mon patron, s’exclama-t-elle brusquement.
  • Génial ! Je suis de tout cœur avec toi, dit son amie par la suite.

Le jeune homme qui était venu nettoyer quelques minutes auparavant revint avec le nouveau café de Natacha. Il déposa ce dernier sur la table et fut remercié par la suite pour son service. Se trouvant de nouveau toutes les deux, mademoiselle Barnes et mademoiselle Johns discutèrent de bon nombre de sujets dont la nouvelle coupe de cheveux de la première.

  • Je n’arrive toujours pas à croire que tu t’es teint les cheveux, rétorqua Enola, toujours surprise par ce fait.
  • Ça te plait ? Mike a aussi réagi de la même manière que toi quand il m’a vue, dit Natacha en se touchant les cheveux.
  • J’imagine bien. Mais, pourquoi le gris argenté ? questionna la jeune femme à la peau couleur ébène.
  • Par pure curiosité. En fait, quand je circulais dans le rayon à la recherche d’une teinture, je suis tombée dessus et je me suis dit que ce ne serait pas mal sur moi, répondit-elle.
  • Je vois ! s’exclama mademoiselle Johns.

Enola n’en croyait pas ses oreilles. Dire qu’elle avait choisi cette couleur sur un simple coup de tête. À ce moment, une pensée traversa l’esprit de la jeune femme. Elle se dit que cela aurait été très bizarre si son amie avait choisi une couleur comme le rose magenta ou encore le violet. Elle imaginait seulement la tête que ses collègues de travail allaient faire le lundi matin.

  • Enola ! Enola ! appela plusieurs fois Natacha.
  • Oui ! Oui, j’suis là ! s’exclama-t-elle lorsqu’elle revint à elle.
  • Tu as entendu ce que je t’ai dit ? questionna la demoiselle.
  • Non, désolée. Je pensais à autre chose, répondit mademoiselle Johns.
  • Je te demandais si tu étais partante pour aller faire du shopping, reprit la jeune femme aux cheveux gris-argenté.
  • Toujours ! dit Enola.
  • Cool !

Les deux femmes finirent de boire leur café, allèrent ensuite régler leur note, puis partirent direction du centre commercial le plus proche.

—–*—–

Nous étions désormais lundi matin. Un réveil se mit à sonner dans une pièce toute sombre. Une main sortit d’en dessous les draps, le saisit, et arrêta l’horrible son. Quelques instants plus tard, une jeune femme aux cheveux gris-argenté s’étira tout en émettant un léger gémissement. Elle se retourna ensuite vers le jeune homme qui dormait juste à côté d’elle. Lorsqu’elle le toucha, ce dernier se réveilla immédiatement et la prit dans ses bras.

  • Humm ! Bonjour toi, lui dit-il en même temps.
  • Bonjour mon amour. Bien dormi ? reprit la jeune femme en l’embrassant.
  • Avec une telle créature à mes côtés, c’est sûr et certain, répondit Mike.
  • Quel charmeur ! s’exclama doucement Natacha.

La jeune femme monta brusquement sur son fiancé. Ce dernier passa ensuite sa main sur son visage et arrangea ses cheveux.

  • Est-ce qu’on t’a déjà dit à quel point tu étais belle ? questionna le jeune homme.
  • Oui, celui que j’ai pris pour fiancé, répondit-elle en rapprochant son visage du sien.

Les deux jeunes s’embrassèrent passionnément pendant de nombreuses minutes. Mike était déjà sur le point de retirer le t-shirt que la demoiselle portait lorsque cette dernière l’arrêta brusquement.

  • Non ! Je risque d’être en retard au boulot, rétorqua-t-elle.
  • Juste cinq petites minutes, supplia le jeune homme.
  • Toi et moi savons très bien… que ça fera plus de cinq minutes, répondit Natacha entre deux baisers.

La demoiselle se redressa puis descendit du lit. Au même moment, cette dernière reçut une fessée de la part de son fiancé.

  • Hé ! s’exclama-t-elle par la suite.

Lorsqu’elle se retourna, la jeune femme aperçut le sourire ravageur de son homme et ne dit rien vis-à-vis de ce qui venait de se produire. Elle continua son chemin vers la salle de bain.

Une trentaine de minutes plus tard, ce fut au tour du jeune homme de sortir du lit et de partir en direction de la douche. Là, il trouva sa tendre fiancée uniquement vêtue d’une serviette. Celle-ci avait déjà fini de se laver et se brossait présentement les dents. Mike s’approcha donc d’elle, la prit dans ses bras, et lui donna de nombreux baisers dans le cou.

  • J’ai une idée. Et si tu n’appelais à ton boulot pour leur dire que tu ne pourras venir travailler aujourd’hui. J’ai vraiment envie de passer toute la journée au lit avec toi, dit le jeune homme.

La demoiselle rinça puis essuya sa bouche avant de se retourner vers Mike et de placer ses bras autour de lui.

  • Tu sais très bien que ce n’est pas…possible, répondit-elle en lui donnant un bisou sur la bouche.
  • C’est vraiment dommage, dit le jeune homme.
  • Je sais, mais tu n’as pas à t’en faire. Ce week-end, je te prépare une petite surprise, déclara sensuellement Natacha.
  • Une surprise ! Qu’est-ce que cela peut-il bien être ? rétorqua Mike.
  • Il va falloir attendre quelques jours pour obtenir ta réponse, lui dit-il.

Mademoiselle Barnes l’embrassa une nouvelle fois avant de le lâcher. Elle devait vite aller se vêtir si elle ne voulait pas être en retard à son boulot. Elle fonça donc dans la chambre à coucher tandis que monsieur alla sous la douche.

Une autre bonne dizaine de minutes plus tard, alors que la montre indiquait bientôt 7h du matin, le jeune couple se croisa de nouveau dans la cuisine. Tandis que la demoiselle bougeait dans tous les sens à la recherche de quelque chose, le fiancé alla se faire une tasse de café.

  • Qu’est-ce que tu cherches ? demanda-t-il tandis qu’il remplissait son mug.
  • Mes clés de voiture. J’ai fouillé dans toutes les pièces, mais je les retrouve pas, répondit Natacha.
  • Tu as regardé dans le frigo ? questionna de nouveau le jeune homme.
  • Pourquoi mes cles de voiture se retrouveraient-elles dans le frigo ? rétorqua la demoiselle.
  • Vu que tu as fouillé dans toutes les pièces, ça laisse très peu de possibilités, lui dit-il.

Natacha lâcha un ‘hum’ avant de se diriger vers le frigidaire. Elle ouvrit la porte de ce dernier et regarda à l’intérieur. Moins d’une seconde plus tard, la jeune femme finit par trouver l’objet qu’elle convoitait tant.

  • T’avais raison. Elles sont là, déclara-t-elle.
  • Tu vois ! Toujours vérifié dans les endroits les plus improbables, dit Mike.

La jeune femme referma la porte et alla embrasser son homme en guise de remerciement.

  • Il faut que j’aille, rétorqua-t-elle avant d’attraper ses affaires.
  • À ce soir bébé ! s’exclama le jeune homme.
  • À plus ! dit la demoiselle avant de franchir le pas de la porte.

—–*—–

Natacha Barnes arriva sur son lieu de travail une vingtaine de minutes plus tard. Il s’agissait d’un bâtiment d’une cinquantaine d’étages abritant une grosse boite ayant des actifs dans énormément de secteurs différents allant de l’immobilier aux nouvelles technologies en passant par l’industrie du cinéma. L’homme qui contrôlait tout ça n’était nulle autre que le patron de la jeune femme : Herman Invictus.

La demoiselle se gara dans le parking et tomba, quelques secondes plus tard, nez à nez avec Tess, la jeune femme qu’elle détestait. Cette dernière, qui faisait à peu près la même taille qu’elle, était une blonde à forte poitrine. D’ailleurs, elle ne se privait pas de la mettre en évidence.

  • Natacha, bonjour ! Tu as teint tes cheveux ? dit-elle au moment où la jeune femme descendit de son véhicule.
  • Bonjour Tess. Oui, j’ai voulu tester quelque chose de nouveau, répondit mademoiselle Barnes avec un sourire qui n’en était pas un.
  • Ça te va vraiment très bien, rétorqua de nouveau Tess.
  • Merci beaucoup, répondit la jeune femme.

Natacha se demandait pourquoi il avait fallu qu’elle tombe sur elle dès son arrivée au travail. Tout ce qu’elle avait envie de faire à cet instant précis était de lui coller son poing en plein visage et de lui arracher ses faux airs de modestie.

  • En tout cas, nous ferions mieux d’y aller. Monsieur Invictus doit nous attendre, déclara la blonde.
  • Oui, allons-y ! s’exclama Natacha.

Cette dernière attrapa vite fait ses affaires et verrouilla sa voiture. Les deux femmes se dirigèrent par la suite vers la cage d’ascenseur, cette désagréable rencontre ayant renforcé le désir de mademoiselle Barnes de demander une promotion.

A suivre !!!

Catégories : Étiquettes : ,

Un commentaire

Laisser un commentaire