La promotion 02

Lorsque les portes de l’ascenseur s’ouvrirent et que les deux femmes en sortirent, le regard de la plupart de leurs collègues se tourna immédiatement vers Natacha. Cela était majoritairement dû à la nouvelle couleur de cheveux que la jeune femme arborait. Bien qu’elle s’attendait ce genre de réactions, la demoiselle fit semblant de ne pas y prêter attention et continua son chemin en compagnie de Tess jusqu’à leurs postes de travail.

Les bureaux des deux jeunes femmes se trouvaient juste devant la porte de celui de leur employeur et se faisaient face. Celui de Natacha se situait du côté gauche tandis que celui de Tess était du côté droit. Mademoiselle Barnes déposa son sac à main et les dossiers qu’elle tenait dans les bras sur la table. Elle s’assit par la suite et alluma son ordinateur. Pendant ce temps, sa collègue blonde apporta un café à monsieur Invictus. C’était l’une des missions qu’elle devait accomplir chaque matin.

Tess cogna trois fois à la porte puis entra dans le bureau de son patron. Ce dernier était très vaste avec une somptueuse vue la ville. Il y avait également une bibliothèque garnie de nombreux ouvrages très variés. Un homme se tenait debout en face de l’énorme baie vitrée. Celui-ci portait un costume trois-pièces noir très luxueux, était svelte, et avait des cheveux noirs très bien entretenus.

  • Bonjour monsieur ! s’exclama la demoiselle après être entrée dans le bureau.

L’homme se retourna et fit face à une de ses secrétaires.

  • Bonjour mademoiselle Harlock. Comment allez-vous en ce début de journée ? demanda-t-il.

Bien que l’homme était dans la cinquantaine, ce dernier paraissait tout juste en avoir une trentaine. Il disposait également d’un charme qui ne laissait pas sa secrétaire indifférente.

  • Je me porte bien. Je vous ai apporté votre café comme vous le souhaitiez, répondit la jeune femme.
  • Merci beaucoup. Vous pouvez le déposer sur mon bureau, lui dit monsieur Invictus par la suite.

La demoiselle s’exécuta et vint placer l’objet à côté de l’ordinateur qui se trouvait devant elle. Pendant ce temps, l’homme d’affaires prit place sur son siège. Il attrapa par la suite le gobelet en carton et prit une gorgée de café.

  • Toujours aussi bon ! s’exclama-t-il.
  • Je suis ravie que cela vous plaise, ajouta Tess juste après.

Alors qu’il prenait une seconde gorgée de café, Natacha Barnes cogna à son tour sur la porte du bureau avant de rentrer avec une tablette dans les mains.

  • Bonjour monsieur ! Comment vous portez-vous ? rétorqua-t-elle à son tour.
  • Bonjour mademoiselle Barnes. Mon compte bancaire grossit de jour en jour, donc tout va bien dans le meilleur des mondes. Et de votre côté ? Je remarque que vous avez adopté une nouvelle teinte pour votre chevelure, dit monsieur Invictus après avoir délicatement essuyé ses lèvres avec un mouchoir.
  • Je ne suis pas aussi fortunée que vous, mais je me porte également bien. Et concernant ma chevelure, j’ai juste voulu essayer quelque chose de nouveau, répondit la jeune femme aux cheveux gris-argenté.
  • Je vois. Quoi qu’il en soit, cela vous va à ravir, déclara l’homme d’affaires par la suite.
  • Merci beaucoup, répondit Natacha avant de parler de choses un peu plus professionnelles, monsieur ! Concernant votre emploi du temps du temps de la journée, le service markéting demande une extension d’une journée sur le délai de livraison du produit. Que dois-je leur répondre ?
  • Dites-leur qu’il en est hors de question. Trois mois leur ont été accordés et pas un jour de plus. S’ils ne sont pas de respecter le délai, alors je me verrai contraint de me débarrasser de certains membres de ce service. Me suis-je bien fait comprendre ? rétorqua-t-il.
  • Oui, monsieur, dit mademoiselle Barnes en notant toutes les paroles qu’il venait de prononcer.

Une fois que la jeune femme eut fini de tout noter, elle fit demi-tour et quitter le bureau de son patron. Sa journée de travail commençait de manière assez forte. Quelques dizaines de secondes plus tard, mademoiselle Harlock sortit également de la pièce après avoir elle aussi reçu ses instructions de la matinée.

—–*—–

La journée de travail des deux femmes avait plutôt chargé avec tous les ordres qu’elles devaient relayer et les différentes tâches qu’elles devaient accomplir. Les locaux se vidant petit à petit et le jour étant presque couché, il était bientôt l’heure pour Natacha et Tess de rentrer chez elles. La jeune femme aux cheveux gris-argenté profita alors du fait que sa collègue de travail prenne la direction de la cage d’ascenseur pour aller discuter d’une chose importante avec son patron qui se trouvait encore dans son bureau. Elle cogna donc trois fois à la porte et ce dernier lui autoriser à entrer.

  • Mademoiselle Barnes ! Je pensais que vous étiez déjà rentrée chez vous, lui dit-il lorsqu’il l’aperçut.
  • J’étais sur le point de le faire, mais il y a un sujet très important auquel j’aimerais discuter avec vous, répondit la demoiselle.

Monsieur Invictus invita donc la jeune femme à prendre place, ce qu’elle fit volontiers.

  • Alors mademoiselle Barnes, quel sujet vouliez-vous aborder avec moi ? questionna l’homme d’affaires.
  • Monsieur, cela fait plusieurs années que je suis à votre service. Je me suis toujours donnée à 100% dans toutes les tâches que vous m’aviez confiées, sacrifiant même certains de mes week-ends. J’ai toujours montré un comportement exemplaire. Néanmoins, ma collègue qui n’est à votre service que depuis quelque temps a déjà reçu de nombreuses promotions. Avec tout le respect que je vous dois, pouvez-vous m’expliquer ce qu’elle a de plus que moi ? déclara la jeune femme.

Natacha Barnes avait le cœur qui battait extrêmement vite alors que Herman Invictus la regardait très sérieusement. Connaissant à peu près la personnalité de la personne qui se tenait en face d’elle, la jeune femme savait que les propos qu’elle venait de tenir pouvaient lui faire perdre son poste. Toutefois, c’était un risque qu’elle était prête à prendre. Alors que les secondes devenaient de plus en plus insoutenables, l’homme afficha un sourire soudain.

  • Je vois exactement où vous voulez en venir et je comprends tout à fait votre ressenti…

À ce moment, le cœur de la demoiselle s’apaisa et son stress disparut.

  • Néanmoins, une promotion s’accompagne de toutes nouvelles responsabilités. Vous devez alors me montrer que vous avez les épaules assez solides pour les supporter, dit l’homme d’affaires.
  • Je les ai, monsieur ! s’exclama brusquement Natacha.
  • Ne nous précipitons pas. Afin de me prouver votre valeur, vous allez devoir passer une série de tests. C’est uniquement après l’avoir complétée que je déciderai si oui ou non vous méritez une promotion assortie d’une augmentation de salaire, déclara monsieur Invictus.

Le cœur de Natacha battait d’excitation. Elle était impatiente de rentrer chez elle et d’annoncer la nouvelle à Mike. Il sauterait sûrement de joie lui aussi.

  • De quel genre d’épreuves s’agit-il ? questionna la jeune femme aux cheveux gris-argenté.
  • Chaque chose en son temps mademoiselle Barnes. Tout d’abord, êtes-vous mariée ? rétorqua monsieur Invictus.

Natacha ne comprit pas pourquoi son patron lui demandait ce genre de choses. Elle lui répondit cependant et lui dit qu’elle n’était pas mariée, mais fréquentait quelqu’un et qu’ils comptaient s’unir dans quelques mois.

  • Je vois. Quittez-le ! dit de nouveau le patron de la jeune femme.
  • Excusez-moi ?! s’exclama Natacha, surprise.
  • Mademoiselle Barnes, vous êtes une de mes secrétaires et agissez directement selon mes dires. En tant que tel, j’exige de vous une dévotion totale et votre relation est un frein à cela, déclara Herman Invictus.

La jeune femme aux cheveux gris-argenté n’en croyait pas ses oreilles. Ce que son employeur venait de lui demander était tout simplement inimaginable pour elle. Il était hors de question pour elle de sacrifier sa relation avec Mike pour une promotion. Alors qu’elle s’apprêtait à lui donner une réponse, monsieur Invictus se mit soudainement à rire, ce qui la surprit énormément.

  • Pas la peine de faire une tête pareille. Ce n’était qu’une petite farce. Jamais je ne vous demanderai de mettre un terme à votre relation avec votre fiancé, d’autant plus que tout me porte à croire que vous l’aimez sincèrement, déclara l’homme d’affaires.

Natacha Barnes était soulagée parce qu’il ne s’agissait que d’une blague, mais intriguée parce qu’elle ne s’imaginait pas que cette personne sérieuse en permanence pouvait faire ce genre de blague.

  • Pendant un court instant, vous m’avez fait peur, rétorqua la jeune femme.
  • Il n’y a pas de quoi avoir peur. Comme je vous l’ai dit, jamais je ne vous forcerai à mettre un terme à votre relation. Toutefois, cela ne signifie pas que je ne vous demanderai pas d’accomplir certaines tâches spécifiques pour moi, reprit l’homme.
  • De quel genre de taches parlons-nous ? questionna Natacha.

À ce moment précis, monsieur Invictus afficha un sourire qui n’annonçait rien de bon pour la demoiselle.

  • De temps en temps, j’aurai certaines envies à satisfaire. Je compte alors sur vous pour m’aider sur ce plan, si vous voyez où je veux en venir, rétorqua l’homme.

La jeune femme n’était pas stupide. Elle savait exactement de quoi il s’agissait et il était inconcevable qu’elle s’adonne à ce genre de pratiques.

  • Désolée, mais il en est hors de question ! s’exclama Natacha en se levant brusquement, je ne suis pas le genre de femme qui vend son corps. D’ailleurs, votre demande est dégueulasse. Jamais je n’aurais cru ça venant de vous. Vous êtes un porc.

Natacha Barnes prit la direction de la porte sous le regard très observateur de l’homme d’affaires. Cependant, au moment où elle saisit la poignée, ce dernier s’adressa à elle.

  • Êtes-vous vraiment prête à assumer les conséquences qui s’abattront sur vous lorsque vous franchirez cette porte ? dit-il soudainement.

La jeune femme s’arrêta alors et se retourna vers Herman Invictus qui continua de lui parler.

  • Je me demande comment tous vos proches réagiraient s’ils venaient à tous perdre leurs emplois par votre faute, ajouta-t-il.
  • Vous n’oseriez pas ? rétorqua la jeune femme.
  • Il n’y a aucun secteur d’activités qui échappe à mon influence. Je peux facilement leur faire prendre leur travail et m’assurer qu’ils n’en retrouvent jamais un. C’est donc à vous de voir. Vous pouvez franchir cette porte et dire adieu à votre emploi et votre petite vie tranquille ou vous pouvez la verrouiller et revenir vous assoir afin que nous parlions des conditions de votre promotion, lui proposa l’homme d’affaires.

Natacha Barnes réfléchit à ce qu’on venait de lui dire. Cela faisait de nombreuses années qu’elle travaillait pour cet homme et savait donc à quel point il avait le bras long. Ses paroles n’étaient donc pas à prendre à la légère. La jeune femme se sentait mal. Elle savait que peu importe le choix qu’elle allait prendre, cela aurait des conséquences désastreuses sur elle. Dès lors, elle décida de ce qui était le mieux pour tout le monde et verrouilla la porte avant de repartir prendre place sur le siège.

  • Vous avez pris la bonne décision, déclara monsieur Invictus.
  • Qu’est-ce que je dois faire ? demanda la jeune femme avec beaucoup de réticence.
  • Approchez-vous ! lui ordonna-t-il.

La demoiselle se leva ensuite de son siège et vint se placer devant son patron. Ce dernier dirigea ensuite son regard vers son entrejambe, ce qui fit comprendre à Natacha ce qu’il voulait.

  • Nous allons commencer par quelque chose de simple. Je suppose que ce n’est pas la première fois que vous faites ce genre de choses. Vous avez sûrement dû beaucoup pratiquer avec votre conjoint, déclara-t-il.

Natacha ne répondit pas et se contenta de plier le poing. Après plusieurs secondes d’hésitation, la demoiselle finit par s’agenouiller devant monsieur Invictus. Elle posa ensuite ses mains sur la fermeture-éclair de son pantalon tandis que toute sorte de pensées lui traversaient la tête. La jeune femme aux cheveux gris-argenté finit par sortir le sexe de son patron et, pendant qu’elle faisait des mouvements de va-et-vient avec sa main droite, ses yeux devenaient de plus en plus humides d’autant plus que l’homme devant elle ne cessait de sourire.

Lorsque le sexe de monsieur Invictus devint assez dur, Natacha approcha timidement ses lèvres de la tête. Là, elle ouvrit délicatement sa bouche et l’introduisit à l’intérieur. L’homme prit alors une profonde inspiration et ferma les yeux alors la chaleur de cette femme s’emparait de lui.

Pendant que l’homme d’affaires savourait ce moment, la demoiselle avait envie de vomir et de le mordre. Elle le détestait pour ce qu’il l’obligeait à faire, mais elle se haïssait également parce qu’elle avait fini par céder. Natacha continua de sucer son patron avec beaucoup d’amertume dans le cœur. Des larmes finirent même par couler le long de son visage.

  • Oui, c’est ça ! Continue, dit de nouveau Herman Invictus.

L’homme posa sa main sur la tête de Natacha et l’aida dans son travail. La bite de son patron s’enfonça donc un peu plus profondément dans sa bouche. Ce dernier se mit également à faire des mouvements de va-et-vient avec son bassin. Mademoiselle Barnes essaya de ne pas penser à ce qu’elle était en train de faire, mais la tache s’avérait très difficile. Finalement, après plusieurs minutes de calvaire, l’homme finit par lâcher un gémissement et jouir. La jeune femme aux cheveux gris-argenté sentit alors l’horrible liquide blanchâtre au fond de sa gorge. Ne voulant pas s’étouffer avec, cette dernière fut obligée de l’avaler.

Natacha retira la bite de son patron de sa bouche. Celui-ci attrapa alors un des mouchoirs jetables présents sur sa table et le lui donna.

  • Vous voyez, ce n’était pas si terrible que ça, lui dit-il en lui tentant l’objet.

La jeune femme, qui avait le visage livide à ce moment, ne prit pas le mouchoir et resta silencieuse un bon moment.

  • Quoi qu’il en soit, à compter d’aujourd’hui, vous satisferez chacune de mes envies sur une période que je déterminerai. Aucune résistance ne sera tolérée et bien évidemment, cet accord entre nous ne devra absolument pas s’ébruiter. Si cela venait à se produire, éh bien, vaut mieux pour vous que cela ne se produise pas. Sur ce, vous pouvez disposer et passez une agréable soirée, mademoiselle Barnes, déclara monsieur Invictus en arborant un grand sourire.

Natacha finit par se releva et marcher silencieuse en direction de la sortie. Sans prononcer le moindre mot, elle attrapa son sac à main et se rendit dans les toilettes pour femmes. Là, toute la frustration, colère, et autres sentiments qu’elle ressentait finirent par sortir sous la forme d’un déluge de larmes.

(Natacha pleurant dans les toilettes)

Elle se mit également à vomir lorsqu’elle repensa à ce qui venait tout juste de se passer. Elle se sentait sale, bafouée, mais surtout, elle avait l’impression d’avoir trahi son fiancé.

Au bout d’une demi-heure, la jeune femme sortit des toilettes et prit la direction du parking où se trouvait son véhicule. Elle monta à l’intérieur et resta un bon moment les yeux braqués sur la route. Natacha frappa soudainement le volant à plusieurs reprises, provoquant par la même occasion un vacarme dans le parking. Après s’être de nouveau calmée, la demoiselle démarra sa voiture et rentra chez elle.

A suivre !!!

Catégories : Étiquettes : ,

Un commentaire

Laisser un commentaire