Partie 01 Acte 03

La route 70 que Prestige et sa petite sœur, Crystal, venaient tout juste d’emprunter pour rentrer chez eux était en effet beaucoup plus longue que la précédente. Il leur fallut en effet plus d’une heure de trajet avant d’arriver chez eux. Néanmoins, contrairement à la précédente, cette dernière n’était pas jonchée de caméras de surveillance, ce qui pour le grand frère valait la peine de perdre beaucoup plus de temps.

Tandis que Pascal avait ses yeux rivés sur la route, Martine profita de l’occasion pour discuter de son désir de participer aux fameuses courses organisées par la ville et demanda donc la permission à son grand frère. Sa réponse n’était cependant pas ce à quoi elle s’attendait. En effet, le jeune homme lui répondit qu’il verrait ça plus tard.

  • Pourquoi pas maintenant ?! s’exclama-t-elle.
  • Parce que je conduis. Aussi, parce que je dois vérifier un truc avant, dit-il.
  • Vérifier quoi ? questionna-t-elle de nouveau.
  • Un truc.

Avec cette brève réponse, la conversation entre le frère et la sœur s’arrêta. Martine ne comptait cependant pas en rester là. Elle voulait participer aux courses. De ce fait, elle était prête à tout pour cela, même si elle devrait le faire dans le dos de Prestige.

Arrivés chez eux, Pascal et Martine déchargèrent tout ce qu’ils avaient acheté du coffre de leur voiture et les rangèrent dans les compartiments prévus à cet effet. Dès que cette tâche eut été accomplie, la jeune femme voulut immédiatement reprendre la discussion qu’elle avait eue avec lui dans le véhicule. Toutefois, ce dernier refusa une fois de plus sa proposition, prétextant qu’il avait une chose à faire et qu’ils en discuteraient juste après.

  • Bon, en attendant, je vais sortir ma voiture de son conteneur, rétorqua la jeune femme.
  • Fais ce que tu veux. Du moment que tu ne sors pas des prémices de la concession, ça me va, répondit-il en prenant la direction de sa chambre.

Martine était vraiment frustrée par le comportement de son grand frère, d’autant plus qu’elle avait clairement l’impression qu’il essayait de la contrôler. Mais pour qui se prenait-il pour essayer de faire une chose pareille ? La jeune femme préféra ne plus y penser pour le moment et partit vers le conteneur dans lequel se trouvait sa voiture.

Arrivé devant la porte de sa chambre, Prestige attrapa le collier qu’il portait autour de cou et qui avait été masqué par son blouson. Au bout de ce dernier se trouvait une clé qu’il inséra par la suite dans la serrure de la porte avant de rentrer dans la pièce. Contrairement à la chambre de sa petite sœur, la sienne contenait déjà quelques affaires. Il y avait notamment un poste de travail muni d’un ordinateur fixe, quelques commodes, une armure garnie en vêtements, et un coffre-fort caché à l’intérieur de cette dernière.

Le jeune homme referma la porte à clé et se dirigea vers son ordinateur fixe qu’il alluma par la suite. Il se mit ensuite à faire des recherches sur Vormer City et les fameuses courses automobiles qui y étaient organisées. Il n’obtint cependant aucun résultat. Il se dit que si ces évènements n’apparaissaient pas dans le domaine public, alors cela voulait dire qu’il s’agissait plus d’un truc underground connu uniquement des habitants de la ville.

Pascal partit donc à la recherche de ces courses automobiles sur les réseaux underground. Il s’agissait d’endroits où l’on trouvait généralement des activités illégales telles que la vente de drogue ou d’armes. Toutefois, comme précédemment, le jeune homme n’obtint aucun résultat concluant. Le grand frère de Martine était perplexe. Il se demandait pourquoi il n’obtenait rien sur ces fameuses courses de rue. Il tenta alors sa chance sur les réseaux sociaux, endroit où tout le monde parlait de tout et n’importe quoi.

Il ne fallut pas longtemps à Prestige pour trouver ce qu’il cherchait sur les diverses plateformes sociales.

  • La compétition « Racer’s King », hum.

Parmi toutes les informations disponibles, le jeune homme trouva un lien qui le conduisit sur le site internet de cet évènement. Dessus, il put lire quelques détails concernant cette compétition organisée par le maire de la ville, John Carrier. Il apprit notamment les règles de ce tournoi qui se comptaient sur le bout des doigts.

Règle No 1 : seules les personnes âgées d’au moins 17 ans et ayant les capacités nécessaires sont autorisées à participer à la compétition Racer’s King.

Règle No 2 : toute inscription à la compétition Racer’s King doit se faire via l’application mobile ou le site officiel. Aucune inscription via une tierce plateforme ne sera acceptée.

Règle No 3 : tous les participants doivent s’affranchir des frais de participation annuels de la compétition Racer’s King. Dans le cas contraire, l’accès à l’évènement sera refusé au participant.

Règle No 4 : tout objet placé en gage lors d’une course sera immédiatement remis au vainqueur après ladite course.

Règle No 5 : les participants de la compétition Racer’s King sont seuls responsables des éventuels accidents qui pourraient se produire lors d’une course.

En lisant le règlement de ce tournoi, le jeune homme savait qu’il n’avait aucun moyen d’empêcher sa petite sœur d’y participer. Même si elle n’avait pas le montant nécessaire pour son inscription, il était conscient qu’elle serait capable de vendre toutes ses affaires rien que pour réunir la somme. Alors que Prestige réfléchissait sur la manière dont il allait gérer la situation à venir, les vrombissements d’un moteur retentirent soudainement.

Sachant parfaitement d’où provenait ce bruit assourdissant, le jeune homme se leva donc son siège et alla sur balcon. Il vit alors sa petite sœur à l’intérieur de sa voiture. Il s’agissait d’une Nissan GTR R35 Nismo bleue qui lui avait été offerte quelques années auparavant par un mystérieux donateur. Tandis que Prestige observait Martine sortir son véhicule de son conteneur, son téléphone portable sonna soudainement. Il sortit son appareil de la poche de son blouson et se rendit compte qu’il s’agissait d’un appel en provenance de son ami, Damon Steven.

  • Tu tombes vraiment à pic, s’exclama le jeune homme en décrochant.
  • C’est-à-dire ? questionna son correspondant.
  • Dis-moi, quand tu as fait la conception et bâti cette maison, savais-tu que la ville dans laquelle elle se trouvait abritait une compétition trimestrielle de courses de rue ?

Damon resta silencieux pendant deux ou trois secondes avant de se mettre brusquement à rire. Steven était le meilleur ami de Pascal, de ce fait, il pouvait se permettre de le taquiner comme il voulait, du moins jusqu’à un certain point.

  • Donc, si je comprends bien, tu l’as fait exprès, dit-il, légèrement exaspéré.
  • Y avait pas de meilleur endroit. L’emplacement était trop idéal.
  • Ideal ! Hum, ton fameux emplacement idéal a un point particulier qui risque d’attirer l’attention sur Martine et moi. N’oublie pas le réel but de mon déménagement, rétorqua Prestige sur un ton un peu plus sérieux.
  • Tu n’as pas à t’inquiéter pour ça. Tant que tu ne fais rien d’insensé et que tu n’utilises pas le Vanguard, ta vie sera tranquille.
  • Le Vanguard ! Hum…

Le jeune homme posa son regard sur le conteneur dont la couleur était différente de celle des autres et resta silencieux quelques instants.

  • Récupérer cette voiture de son précédent propriétaire ne s’est pas exactement déroulé comme je l’espérais.
  • C’est-à-dire ? questionna Damon, curieux de savoir comment il avait procédé.
  • Comme il ne voulait pas s’en séparer, j’ai été contraint d’utiliser des arguments beaucoup plus persuasifs, répondit Prestige.

Cette fois-ci, ce fut au tour de Steven de rester silencieux. Il connaissait parfaitement son ami et savait donc le genre de méthodes qu’il était capable d’employer pour arriver à ses fins.

  • Question, est-il encore en vie ? demanda le jeune homme, légèrement inquiet.
  • Malheureusement non. Il s’est éteint naturellement quelque temps plus tard, dit Pascal sans une once d’empathie pour le décédé.
  • Je vois. En tout cas, comme je te l’ai dit, tant que tu te tiens à carreau, personne ne viendra te déranger chez toi.
  • Je l’espère, déclara Prestige en repensant la scène qui avait eu lieu sur le parking du centre commercial.
  • Sinon, comment s’est déroulée l’installation ? questionna Damon pour changer de sujet.

Le grand frère de Crystal lui relata alors comment les choses s’étaient passées. Il ajouta également que sa petite sœur avait remarqué les petites anomalies dans la structure du bâtiment sans pour autant se poser trop de questions dessus, et qu’elle avait aussi réagi négativement devant le tableau qu’il avait installé dans sa chambre.

  • Et tel que je te connais, je suppose que tu ne lui as pas dit de quoi il en retournait vraiment, rétorqua Steven.
  • Sauf en cas d’extrême urgence, je pense qu’elle finira par découvrir elle-même la véritable utilité de ce tableau, répondit-elle.
  • T’es vraiment un grand frère très bizarre.
  • On fait avec. Maintenant que je t’ai au téléphone, j’aimerais savoir si tu as une idée concernant leur localisation exacte.

Après la question posée par Prestige, la conversation entre les deux prit un ton beaucoup plus sérieux. Damon lui dit alors qu’il continuait de chercher, mais que ce n’était pas facile de connaitre l’endroit précis où ces personnes se trouvaient. Cependant, il affirma qu’il ne se ménageait pas pour effectuer cette tâche.

  • Je te remercie énormément pour ton aide. Si tu trouves quoi que ce soit, préviens-moi immédiatement s’il te plait.
  • Y a pas de souci, tu peux compter sur moi. Allez, pas un excellent week-end.
  • Merci beaucoup, toi aussi.

Pascal raccrocha l’appel, ce qui mit un terme à la conversation entre les deux. Pendant ce temps, sa petite sœur venait tout juste de décharger son véhicule du conteneur. Lorsqu’elle sortit ce dernier, le jeune homme l’interpela.

  • Il semblerait que tu sois vraiment motivé à l’idée de participer à ces courses, rétorqua le jeune homme.
  • Tu n’as pas idée, répondit Martine.
  • Et si je suis contre ? demanda-t-il.
  • Que tu sois pour ou contre cette idée, cela ne changera pas le fait que j’y participerai.

Le frère et la sœur échangèrent des regards remplis d’une certaine animosité. Malgré les huit ans qui les séparaient, la jeune femme n’avait pas peur de se montrer insolente et rebelle avec Prestige, ce qui l’énervait par moment.

  • Rentre à la maison, que nous en discutions proprement et calmement, rétorqua-t-il brusquement.
  • Si c’est pour me dire que tu ne me laisseras jamais y participer, alors je ne vois pas de quoi nous allons dis…
  • Rentre immédiatement dans cette putain de maison, dit de nouveau Prestige en interrompant sa petite sœur.

Crystal était quelque peu dubitative devant ce qui venait de se produire. Ce n’était pas la première fois qu’elle se disputait avec son grand frère et ce n’était sûrement pas la dernière. Cependant, bien qu’elle se tenait à une certaine distance de lui, elle aurait juré que pendant un bref moment, la couleur des yeux de Prestige avait changé, prenant alors une teinte violet kismet. Après quelques secondes de réflexion, la demoiselle mit ce qu’elle avait vu sur le compte de la fatigue associée à l’éclairage ambiante, se disant qu’il était impossible que la couleur des yeux des gens change. Il n’était pas dans une œuvre japonaise.

Martine retourna donc à l’intérieur de la maison où son grand frère l’attendait assis dans le séjour. Sans surprise, la jeune femme lui demanda immédiatement ce dont il voulait parler avec elle.

  • Tu pourras y participer, rétorqua-t-il tout d’un coup.
  • Excuse-moi ?! s’exclama Crystal.
  • J’ai bien réfléchi et je t’autorise donc à participer aux courses automobiles organisées par la ville.
  • Elle est où l’arnaque ? questionna la jeune femme, méfiante.

Pour la petite sœur de Prestige, il était impossible que ce dernier change d’avis aussi facilement sans avoir une idée derrière la tête. Ce n’était absolument pas son genre.

  • Comme tu le sais, nous venons à peine d’arriver dans cette ville. Nous ne connaissons ni les règles ni les coutumes de ce lieu. Donc, avant de te laisser faire ce que tu veux, il y a quelques conditions que tu devras remplir…

Elle le savait. Son grand frère avait effectivement une idée en tête. Il ne lui restait plus qu’à savoir de quoi il s’agissait, en espérant que ce ne soit pas quelque chose d’ennuyeux.

  • La première étant que tu devras me montrer comment tu tiens la route, poursuivit Pascal.
  • Rien de plus facile. Et les autres conditions ? dit la jeune femme, légèrement excitée.
  • Nous verrons les autres conditions après que tu m’aies montré la façon dont tu tiens le volant, répondit-il.

Crystal invita son grand frère à venir prendre place dans sa voiture, celle-ci voulant immédiatement lui montrer de quoi elle était capable. Néanmoins, ce dernier refusa son invitation, prétextant qu’il était épuisé et qu’il partirait se coucher dans peu de temps. Il déclara ensuite qu’il lui montrerait ces prouesses le lendemain matin. La jeune femme ne voulait pas attendre aussi longtemps, elle était beaucoup trop impatiente. Par conséquent, elle insista, lui disant que cela ne prendrait que quelques minutes. Malheureusement, son grand frère était aussi du genre têtu et répondit que cela ne servait à rien de lui forcer la main, que chaque chose viendrait en temps voulu, ce qui ne plut bien évidemment pas à Crystal.

Prestige se leva du canapé dans le lequel il était assis depuis de nombreuses minutes et prit la direction des escaliers.

  • Une dernière chose avant que je n’aille me reposer, si l’idée te venait de sortir et d’aller faire des folies avec ta GTR, je me verrais dans l’obligation de la faire disparaitre, rétorqua le jeune homme en se retournant vers sa petite sœur.
  • Tu n’oserais pas ? dit-elle.
  • Libre à toi de vérifier si je le ferais ou pas, déclara-t-il en poursuivant son trajet.

Disparaissant à l’étage, Prestige laissa Martine au rez-de-chaussée réfléchissant sur l’action qu’elle devait entreprendre après sa menace. Au bout de quelques minutes de réflexion, la jeune femme prit la décision d’attendre.

A suivre !!!

Catégories : Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire